Variole du singe (Monkeypox) : la prochaine pandémie mondiale ?

Joaquim A | 10 août 2022
Temps de lecture : environ 8 minutes
Variole du singe (Monkeypox) : la prochaine pandémie mondiale ?
Sommaire

    Dans notre monde de plus en plus violent, nous sommes en quête d'une nouvelle forme d'engagement. Tout comme notre volonté de vous informer sur les pastilles d'iode pour se protéger des radiations d'une explosion nucléaire, nous cherchons ici à vous apporter un contenu de qualité.

    Qu’est-ce que la variole du singe ?

    La variole du singe (aussi appelée variole simienne) est une maladie virale due au virus Monkeypox qui est apparenté au virus de la variole.

    Cette variole est une zoonose, c'est à dire qu'elle est transmise de l’animal à l’homme :

    • soit directement par l’animal : comme la toxoplasmose par contact avec un chat infecté ;
    • soit indirectement grâce à des vecteurs : comme les moustiques qui peuvent transmettre le Chikungunya, la Dengue, la fièvre jaune ou le virus Zika.

    Où trouve t-on le virus de la variole du singe ?

    Le virus de la variole du singe a été isolé pour la première fois en 1958 sur des singes élevés pour la recherche scientifique.

    Les foyers du virus se trouvaient initialement en Afrique avec le premier cas humain enregistré en 1970 en République démocratique du Congo. Depuis, des épidémies y apparaissent régulièrement sans jamais se diffuser à d'autres continents. Mais au printemps 2022, l'impossible arriva et des cas ont été signalés en Europe et en Amérique du Nord, sans lien avec des voyageurs en provenance de la zone à risque.

    Transmission et contagion du virus Monkeypox

    Le virus Monkeypox a une transmission :

    • de l’animal vers l’homme :  en cas de morsure ou de griffure par l'animal ou lors de la consommation de viande contaminée. Les animaux réservoirs porteurs du virus sont des rongeurs (écureuils, rats) et des singes ;
    • de l’homme à un autre : à l’occasion d’un contact prolongé en face à face par des gouttelettes respiratoires, par contact direct avec les fluides corporels (sang, salive, sperme) et par contact d’objets que le malade a contaminé.

    ATTENTION : Une protection des rapports sexuels avec un préservatif ne protège pas contre la transmission de la variole du singe !

    Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

    Le malade est contagieuse à partir de l’apparition des premiers symptômes et jusqu’à la chute des croûtes.

    Les symptômes commencent avec :

    • une fièvre élevée ;
    • des douleurs musculaires ;
    • un gonflement des ganglions (notamment au niveau du cou) ;
    • une éruption cutanée (plaques rouges et prurit) au niveau de la bouche et de la langue ;
    • une grande fatigue (asthénie).

    Ensuite, l’éruption cutanée va s’étendre à l’ensemble du corps avec des macules, des papules et des pustules des mains jusqu’aux plantes des pieds. Elle peut être responsable de complications dans 10% des cas.

    La maladie dure entre 2 à 4 semaines. L'incubation (le temps avant l’apparition des premiers symptômes) est de 5 à 21 jours.

    Les lésions de la peau finissent par cicatriser en formant des croûtes. Ces croûtes ont progressivement se détacher de la peau et tomber. Elles peuvent être responsables d’une contamination ultérieure.

    La forme actuelle de l'infection à Monkeypox a des particularités par rapport à la variole classique :

    • une proportion importante parmi les malades sont des hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes ;
    • les malades présentent des lésions anales et génitales.

    Comment savoir si on est contaminé par la variole du singe ?

    L’infection par le virus Monkeypox est suspectée si la personne a eu une exposition possible au virus dans les trois dernières semaines avec :

    • un retour de zone d'endémie en Afrique et un contact avec des rongeurs ou des singes ;
    • un contact avec une personne infectée.

    La variole du singe est à différencier d'autres maladies dont certains symptômes sont comparables :

    • la varicelle ;
    • le syndrome pieds-mains-bouche ;
    • le zona ;
    • la rougeole ;
    • la gale ;
    • la syphilis ;
    • et les réactions allergiques de la peau (allergies).

    La présence du virus chez un malade est confirmée par un test biologique similaire au test PCR réalisé pour confirmer la présence du virus du SARS COVID 2019 : un test d'amplification des acides nucléiques spécifiques du virus à la suite d’un prélèvement au niveau du nez.

    Le prélèvement peut aussi être réalisé :

    • au niveau de la gorge ;
    • au niveau des lésions génitales ;
    • au niveau des lésions anales ;
    • au niveau des lésions de la peau.

    Quelles sont les complications liées a l'infection à Monkeypox ?

    Suite à l'infection par Monkeypox, des complications existent et nécessitent une hospitalisation en urgence :

    • une éruption massive : plus de 100 vésicules sur tout le corps ;
    • une atteinte des yeux : une lésion irréversible de la cornée des yeux responsable d'une baisse voir d'une perte de la vision ;
    • des complications digestives ;
    • des complications neurologiques : un risque d'apparition d'une encéphalite mortelle ;
    • une atteinte pulmonaire : l'installation d'une pneumopathie.

    Actuellement, le risque de décès est de 1 %. Les populations particulièrement à risques de développer une forme grave de la maladie sont :

    • les personnes immunodéprimées (système immunitaire déficient) ;
    • les enfants ;
    • les femmes enceintes avec la transmission du virus au nouveau-né.

    Variole du singe : quels médicaments pour se soigner ?

    La prise en charge médicale de la variole du singe se résume à atténuer les symptômes présents :

    • le traitement principal est de combattre la fièvre. Le traitement de première intention est d'utiliser du paracétamol ;
    • pour éviter le grattage de la peau, la surinfection des lésions et la transmission du virus, des antihistaminiques peuvent être prescrits ;
    • il est conseillé de couvrir les lésions cutanées avec des compresses stériles et des pansements afin de limiter l'infection.

    ATTENTION : les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont contre-indiqués en raison de la possibilité de survenue de complications infectieuses graves.

    Comment éviter la transmission du virus Monkeypox ?

    Pour ne pas propager le virus, la personne malade doit :

    • s'isoler jusqu'à la guérison complète des lésion de la peau (y compris de ses animaux de compagnie pendant toute la durée de l’isolement) ;
    • appliquer les gestes barrières, notamment le lavage des mains ;
    • porter un masque chirurgical et des gants de protection ;
    • s’abstenir de rapports sexuels jusqu’à 21 jours après le début des symptômes ;
    • réaliser un nettoyage soigneux du domicile en fin d’isolement.

    Variole du singe : la vaccination

    Une vaccination après l'exposition au virus peut être proposée aux personnes à risque.

    Les enfants et adolescents jusqu’à 18 ans ainsi que les femmes enceintes ou allaitantes ne peuvent pas être vaccinés.

    Le vaccin est administré idéalement dans les 4 jours après le contact à risque et au maximum 14 jours plus tard avec un schéma à 2 doses (ou 3 doses chez les sujets immunodéprimés), espacées de 28 jours.

    D'après des études scientifiques, les personnes ayant reçu le vaccin de la variole une fois dans leur vie (même si la vaccination date de très longtemps) sont toujours partiellement protégés contre la variole du singe.

    Monkeypox : séjour en Afrique

    Lors d’un voyage en Afrique où sont présents les principaux foyers du virus Monkeypox, il convient :

    • d’éviter les contacts non protégés avec des animaux sauvages ;
    • de ne pas consommer la viande et le sang d'animaux sauvages.

    Publié le 10 août 2022 à 09:27
    Mis à jour le 30 août 2022 à 18:19

    Les commentaires

    Vous pourriez être intéressé par

    Joaquim A

    Joaquim A

    Rédacteur web

    Je suis Joaquim, un grand passionné de la nature. J'ai suivi une formation scientifique de pharmacien durant laquelle j'ai emmagasiné un certain nombre de connaissances. Il est temps aujourd'hui de les utiliser en les partageant au plus grand nombre.