Cure détox : les systèmes autonettoyants du corps humain

Tao L | 20 novembre 2022
Temps de lecture : environ 7 minutes
Cure détox : les systèmes autonettoyants du corps humain
Sommaire

    Les émonctoires détox

    Pour éliminer toutes ces toxines, qu'elles soient d'origine interne ou externe, le corps dispose de cinq grands systèmes autonettoyants, aussi appelés « émonctoires » et qui sont spécialisés dans le filtrage et l'élimination d'un ou de plusieurs types de déchets :

    • le foie ;
    • les intestins ;
    • les reins ;
    • les poumons ;
    • la peau.

    Les émonctoires sont capables de filtrer et d'éliminer une certaine quantité d'indésirables. Mais il ne faut pas tirer sur la corde ! Quand la quantité de toxines à traiter dépasse cette capacité d'élimination, divers troubles apparaissent, en fonction de l'émonctoire débordé.

    L'exemple typique, c'est celui de la gueule de bois. Elle traduit le fait que l'absorption d'alcool et les symptômes qui s'ensuivent : maux de tête, nausées, irritabilité, troubles supérieurs aux capacités d'élimination du foie, troubles du sommeil... Quand les systèmes d'autonettoyage se grippent, le risque est de souffrir d'une gueule de bois permanente et générale.

    Le foie : la tour de contrôle de l’organisme

    Le foie est l'organe le plus volumineux du corps humain. Il joue un rôle central et indispensable dans le nettoyage de l’organisme en agissant à plusieurs niveaux :

    • il régule la circulation du sang ;
    • il décide de la répartition de l'énergie ;
    • il libère le sang pour alimenter les muscles ;
    • il filtre le sang qui provient des muscles, riche en déchets organiques et le détoxifie ;
    • il favorise l’élimination des toxines ;
    • il favorise la digestion et l'absorption des lipides grâce à la bile ;
    • il a une fonction cholérétique (il sécrète la bile) et cholagogue (il évacue la bile) ;
    • il a la responsabilité de rendre les vitamines utilisables par l'organisme, de synthétiser les protéines et de transformer le glucose en glycogène.

    Le bon fonctionnement de l'émonctoire foie peut être menacé par l'abus d'alcool ou de médicaments, mais aussi par la consommation excessive de graisses (rappelons que les sels biliaires contenus dans la bile sont indispensables à la digestion des matières grasses), de sucres ou de protéines animales, ou par une surexposition à divers toxiques (métaux lourds, pesticides, additifs...).

    Les symptômes de l'encrassage du foie sont nombreux avec les nausées, les troubles digestifs, les problèmes de peau, les migraines, la faiblesse immunitaire, les allergies, la fatigue, les troubles menstruels.

    Les intestins : le centre de tri des déchets

    Les intestins ont la responsabilité de faire le tri entre les nutriments utiles à l'organisme (acides aminés, acides gras, vitamines, minéraux...), qui vont passer dans la circulation sanguine, et les résidus inutilisables, qui vont être évacués sous forme de selles. Dans leur travail, ils sont aidés par les bactéries amies de la flore intestinale ou microbiote (localisées au niveau du côlon, la partie inférieure des intestins), qui vont permettre la synthèse des vitamines et les réactions enzymatiques. La flore intestinale participe directement au processus de détoxication. Elle joue par exemple un rôle central dans l'élimination des hormones stéroïdiennes ou encore du cholestérol.

    Elle complète l'action du foie dans l'élimination des déchets présents dans le sang.

    Le bon fonctionnement de l'émonctoire intestins peut être perturbé par les déséquilibres de la flore intestinale, eux-mêmes liés à la prise de certains médicaments (antibiotiques en tête mais aussi antidépresseurs ou antispasmodiques). Une mauvaise alimentation, pauvre en fruits et légumes, et donc en fibres régulatrices du transit, est aussi en cause, la constipation favorisant la réabsorption des toxines. Autre facteur important de dysfonctionnement : la porosité intestinale. En clair, la muqueuse ne joue plus bien son rôle de filtre, et laisse passer des toxines dans le sang et la lymphe, ce qui peut accentuer l'encrassement. Cette porosité peut être liée à une intolérance alimentaire, une exposition excessive aux produits chimiques...

    Les symptômes de l'encrassage des intestins sont caractérisqtiques avec la constipation, la diarrhée, la mauvaise digestion et les ballonnements.

    Les reins : la station d’épuration du sang

    Les reins jouent un rôle central de filtre du sang :

    • ils traitent plus d'un litre de sang par minute ;
    • ils éliminent, sous forme d'urine, un certain nombre de déchets, en particulier ceux qui résultent de la transformation l’acide urique. Pour cela, ils ont amené ces déchets en les transportant avec de l’eau ;
    • ils permettent de retenir certaines substances indispensables à l’organisme comme les minéraux, les vitamines et le sucre.

    Les poumons : le centre des échanges gazeux

    La respiration, assurée par les poumons, joue une double fonction :

    • l'inspiration permet d'amener l'oxygène jusqu'aux cellules ;
    • l'expiration permet de rejeter les déchets gazeux produits par l'organisme (dioxyde de carbone ou gaz carbonique) et ceux apportés par l'extérieur comme les résidus gazeux du tabac ou de la pollution.

    C'est une fonction essentielle car les poumons sont en première ligne face aux nombreux polluants qui nous entourent.

    La peau : le miroir de notre santé

    La peau est elle aussi un organe qui ne faut pas négliger, elle reflète notre santé intérieure qui peut se manifester avec des éruptions cutanées, une couleur jaune, un vieillissement accéléré... Sa fonction est indispensable : elle permet la régulation de la température corporelle (la transpiration permet d'éliminer l'excès de chaleur) mais aussi l'élimination de certains déchets métaboliques. Cette élimination se fait via les glandes sudoripares (sueur), les glandes sébacées (sébum) mais aussi via l'épiderme qui « expulse » les cellules mortes. D'où l'importance de ne pas vouloir à tout prix bloquer sa transpiration avec des déodorants antitranspirants.

    La lymphe : le régulateur de l’immunité

    La lymphe est le liquide clair qui s'écoule des plaies quand on se blesse. Issue du plasma sanguin et du liquide interstitiel dans lequel baignent les cellules, elle circule dans les vaisseaux lymphatiques et est éliminée au niveau des ganglions lymphatiques (plis de l'aine, sous les aisselles, de chaque côté du cou). Le rôle de la lymphe est essentiel dans le processus de détox. Elle assure une bonne épuration des liquides de l'organisme :

    • elle embarque avec elle les agents infectieux, les corps étrangers et les déchets cellulaires pour les éliminer au niveau des ganglions lymphatiques ;
    • elle joue un rôle central dans l'immunité : elle active la réponse immunitaire en cas d'infection ;
    • elle permet aux cellules immunitaires de circuler dans tout le corps, et puis le propulse dans les vaisseaux, la circulation lymphatique.
    Publié le 20 novembre 2022 à 17:21

    Les commentaires

    Vous pourriez être intéressé par

    Tao L

    Tao L

    Rédacteur web

    Je m'appelle Tao et je suis un grand passionné des médecines complémentaires. Dans mon pays d'origine, j'ai suivi une formation de médecine traditionnelle chinoise. J'aime transmettre le savoir issu de mon expérience.